Ce que notre alimentation en eau doit à la technologie Siemens

22-03-2022

L’industrie de l’eau est en pleine effervescence. Les sociétés du secteur réfléchissent de plus en plus aux moyens d’utiliser l’eau de façon responsable. Siemens les aide depuis de nombreuses années à assurer la distribution de l’eau potable jusque dans nos foyers de manière rapide et efficace. Mais d’autres acteurs industriels s’intéressent également à l’« or bleu » et aux économies possibles dans ce domaine.

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, qui a lieu le 22 mars de chaque année, deux spécialistes de Siemens partagent leur expérience et leurs réflexions sur le futur de notre ressource la plus précieuse.

Une nouvelle vision de l’eau

L’industrie de l’eau n’a pas de secret pour Siemens. « Je suis tombé récemment sur un ancien débitmètre de Siemens dans l’entrepôt d’un client », raconte Pascal Sterkendries, responsable du département instrumentation et analyse chez Digital Industries.  « On pouvait y lire en tout petit Siemens Aktiengesellschaft 1860. C’est dire si nous sommes actifs depuis longtemps dans le secteur de l’eau. »

 

D’après Pascal, notre perception de l’eau a changé au fil des ans : « Autrefois, j’aurais dit que l’industrie de l’eau est un grand fleuve tranquille. Prendre de l’eau potable au robinet va de soi depuis très longtemps, du moins dans un pays riche comme la Belgique. Mais la vision a changé au cours de la dernière décennie : il semble que l’on commence seulement à prendre conscience de la vraie valeur de l’eau. »

Couvrir tout le cycle de l’eau

La désignation « industrie de l’eau » recouvre un grand nombre d’activités et de processus. Pascal explique comment Siemens tire parti de cette diversité : « Nous couvrons tout le cycle de l’eau : depuis le pompage jusqu’au traitement sous toutes ses formes, en passant par la distribution, l’assainissement et le recyclage. De plus, Siemens opère dans un contexte strictement business to business : notre cœur de métier, ce ne sont pas les compteurs domestiques, mais plutôt les solutions pour la distribution de l’eau via les services publics ou les applications industrielles. »

Mesures détaillées

Les compteurs sont une des grandes spécialités de Siemens depuis de nombreuses années. « Nous collaborons avec pratiquement toutes les compagnies des eaux pour mesurer et surveiller toutes sortes de paramètres », explique Pascal. « Notre technologie est utilisée pour réaliser des mesures de débit sur l’ensemble du réseau. Un sérieux défi, quand on sait que la Belgique compte près de 100 000 kilomètres de conduites d’eau. Il y a entre 8 000 et 9 000 débitmètres de Siemens dans le sol belge. »

 

« Nous nous occupons aussi des mesures de pression. Il ne faut pas qu’elle soit trop basse, pour que l’eau coule bien, mais pas trop haute non plus, pour éviter le risque de fuites. Nous avons créé un logiciel, appelé SIWA Leak, qui permet de prédire et de détecter ces fuites. »

 

« La précision et la fiabilité sont essentielles. Notre matériel doit répondre à toutes sortes de normes et de standards, et être parfaitement réglé pour garantir des mesures correctes. De plus, les compteurs sont censés fonctionner sous terre pendant plusieurs décennies. Une fois qu’ils ont été installés, il est difficile d’encore effectuer des adaptions majeures. »

Une industrie de l’eau digitale, basée sur les données

« Nos activités dans le secteur de l’eau sont également très axées sur la transmission des données. L’eau est un secteur critique, où la sécurité joue un rôle crucial. Nos compteurs collectent d’énormes quantités de données. Nous les transmettons sous une forme sécurisée vers les postes de gestion pour alimenter les modèles hydrologiques de nos clients et réaliser des prévisions. »

 

« Nous avons constaté deux grandes tendances ces dernières années : les entreprises ont besoin de plus en plus de données et elles veulent pouvoir les collecter plus rapidement. Pour répondre à ces besoins, nous utilisons déjà des compteurs qui transmettent les données via la 3G et la 4G. Nous avons aussi des compteurs sur batteries, d’une autonomie pouvant aller jusqu’à 10 ans, que l’on peut installer dans les zones plus isolées. »

 

« La digitalisation progresse également dans le secteur de l’eau. Nous créons des digital twins des installations de nos clients, par exemple, et nous développons des modèles prévisionnels pour la gestion des égouts, de manière à pouvoir mieux anticiper les inondations. »

Le futur sera circulaire

Pascal estime par ailleurs que la circularité va devenir un thème majeur à l’avenir. « Les entreprises cherchent à assainir et à réutiliser leur eau de process. Avec nos solutions, nous pouvons automatiser et contrôler ces processus. La circularité est l’avenir, non seulement dans le secteur de l’eau, mais aussi, à plus long terme, dans toutes les industries. »

Projets à l’étranger

Outre ses activités en Belgique et au Luxembourg, Siemens mène depuis plus de 25 ans des projets liés à l’eau en Afrique et au Moyen-Orient. Jan De Schepper, responsable du département projets chez Siemens Digital Industries : « À l’étranger, nous nous occupons surtout de l’électrification et de l’automatisation des stations de pompage. Avec nos partenaires, nous fournissons les pompes, les moteurs et les contrôleurs nécessaires pour pomper l’eau d’un point A vers un point B. Le but est d’alimenter un maximum de régions densément peuplées en eau potable. »

 

Les projets sont très différents en Afrique et au Moyen-Orient d’après Jan : « Les besoins en eau potable sont gigantesques en Afrique. C’est pourquoi la demande se concentre sur la technologie essentielle. Les services supplémentaires, comme la détection des fuites ou la maintenance prédictive, passent souvent au second plan. Par contre, ces services supplémentaires sont demandés dans des pays prospères comme l’Arabie saoudite ou Oman. »

 

Selon Jan, ces régions seront confrontées à de grands défis dans les années à venir : « La croissance démographique est telle en Afrique que les projets mis en œuvre sont très vite dépassés. De plus, cela coûte énormément d’argent et les pouvoirs locaux ne disposent généralement que de peu de moyens. La maintenance n’est pas non plus très développée. Le travail est gigantesque, mais cela ne nous fait pas peur. Le but ultime est de fournir de l’eau potable à chaque habitant de la planète. »

 

Vous aimeriez en savoir plus sur nos solutions pour le secteur de l’eau ?

 

Plongez dans notre programme Digital Enterprise pour l’industrie de l’eau.

 

Plus d’informations sur notre portefeuille d’instrumentation ? Veuillez consulter ce site web.

 

Contact: Pascal Sterkendries (pascal.sterkendries@siemens.com) & Jan De Schepper (jan.de_schepper@siemens.com).

22-03-2022

Abonnez-vous à notre newsletter

Restez informé – abonnez-vous ici à la newsletter