29 août 2022, Oakville, Ontario

Comment Siemens Canada a façonné l’histoire de notre pays et son futur

Siemens Canada 110

Il y a des anniversaires importants, puis il y a le genre de jalon que Siemens Canada célèbre cette année : 110 années se sont écoulées depuis l’ouverture de son siège social au cœur du Vieux-Montréal, le 29 août 1912.

 

« Siemens a joué un rôle considérable en façonnant l’évolution technologique du Canada », affirme Faisal Kazi, président-directeur général de l’entreprise dont le siège social est maintenant situé à Oakville, en Ontario.

 

Il fait remarquer que, techniquement, Siemens a été active au Canada depuis 1874 puisque l’entreprise Siemens d’origine fabriquait des télégraphes et y a alors installé la première ligne de télégraphe reliant l’Europe au Canada.

 

« À ce moment, il s’agissait d’un jalon très important. C’était la première connexion numérique physique entre le « vieux » et le « nouveau » continent », explique Faisal, tout en faisant observer que cette innovation a vraiment donné le ton à tout ce que Siemens Canada a accompli depuis.

 

« La mission de Siemens consiste toujours à créer des solutions pour assurer un avenir meilleur, et celle-ci est toujours guidée par ce genre de vision. Nous sommes toujours les chefs de file, des pionniers dans certaines des évolutions les plus importantes et novatrices au Canada. »
 

Ces développements pourraient remplir une carte de bingo sur le thème de l’histoire canadienne : Dans les années 1950, Siemens Canada a fourni l’équipement de commutation pour établir le premier réseau de téléphone interurbain au pays, ainsi que l’infrastructure nécessaire pour l’Expo 67 de Montréal, moment phare de notre histoire.

 

Siemens a permis l’installation du premier système de train léger sur rail en Amérique du Nord, d’abord à Edmonton, en 1975, puis à Calgary. (Surveillez la mise en service de 32 nouvelles rames de train Venture de Siemens Mobilité dans le corridor Québec-Windsor.) En 1989, l’entreprise a conçu le toit du SkyDome (maintenant le Rogers Centre) qui pouvait s’ouvrir et se fermer par commandes électroniques.
 

En 2006, elle a collaboré avec la ville de Toronto pour créer une révolutionnaire zone Wi-Fi municipale. Plus récemment, Siemens a fourni les composantes de plus de 10 000 ventilateurs qui ont été livrés dans des temps records au début de la pandémie.
 

« Nous faisons partie de l’histoire canadienne », affirme Faisal, président-directeur général de l’entreprise depuis 2017, qui est lui-même devenu citoyen canadien récemment.

 

 

Siemens a joué un rôle considérable en façonnant l’évolution technologique du Canada... Nous faisons partie de l’histoire canadienne.
Faisal Kazi, président-directeur général de Siemens Canada

Ici, nous discutons avec lui au sujet du passé, du présent et de l’avenir de cette entreprise canadienne emblématique.

Quelle est la différence entre Siemens Canada en 2022 et l’entreprise d’origine en 1912?

Il y a une grande différence, non seulement dans la taille, mais également dans la gamme de produits offerts et ce que nous proposons sur le marché. Mais quand je pense aux valeurs, l’innovation est toujours le moteur de l’entreprise. Nous sommes tellement innovants qu’on se perturbe nous-mêmes! À la base, il s’agissait d’une entreprise de télécommunications, mais nous ne faisons plus partie de ce secteur. Nous étions également bien ancrés dans l’énergie, mais nous nous sommes éloignés de ce domaine.

Toutefois, nous accordons toujours la même valeur au fait de miser sur le futur. Une autre chose qui n’a pas changé, c’est que Siemens veut créer des avantages pour la société. C’est ce que nous appelons « concrétiser ce qui compte vraiment ». Il s’agit d’avoir une incidence positive sur la société.

 


Siemens « réunit le monde réel et le monde numérique » pour ses clients. Dans la pratique, comment cela se traduit-il dans les différents secteurs dont vous faites partie?

D’un point de vue historique, Siemens a toujours été orientée vers les produits. Voilà ce que nous appelons le « monde réel » : le matériel et l’équipement. Maintenant, avec la numérisation, il y a des technologies comme l’intelligence artificielle, l’informatique en périphérie et l’apprentissage automatique. Lorsqu’on établit des liens entre le numérique et le physique, il y a beaucoup de potentiel, ce qui peut représenter plusieurs billions de dollars.

Prenons l’exemple d’un immeuble muni de systèmes d’éclairage, de chauffage et de climatisation. Habituellement, ce matériel fonctionne de façon à ce qu’une personne inscrive une donnée précise, de 23 degrés par exemple, et la température sera toujours la même. Maintenant, imaginez si l’on utilise des capteurs et des données anonymes. On peut alors déterminer combien il y a de personnes dans l’immeuble, quelle est la température à l'extérieur. Lorsqu’on obtient toutes ces données et qu’on les réunit à l’intelligence artificielle, on peut optimiser le fonctionnement de tout ce matériel. J’ai vu les coûts d’électricité de mon propre bureau diminuer, grâce à une plus grande efficacité et à une réduction de l’énergie consommée. C’est ce qui se passe lorsqu’on jumelle numérique et physique.


Un autre exemple permet de révéler l’ingéniosité des gens, surtout celle des petites et moyennes entreprises. Nous avons tous de bonnes idées, mais ce n’est pas tout le monde qui peut les mettre en marché étant donné que ça prend un prototype, ce qui coûte cher si celui que l’on crée ne fonctionne pas. Le logiciel Siemens vous permet d’en créer un d’abord dans le monde virtuel, c’est ce que nous appelons un « jumeau numérique » du produit. Vous pouvez le mettre à l’essai dans le monde virtuel, puis lorsque vous êtes satisfait du produit, vous pouvez créer un prototype physique. Cela permet aux plus petites entreprises d’accélérer la mise en marché et d’avoir un meilleur produit.

Vous travaillez chez Siemens depuis plus de 30 ans. Racontez-nous votre parcours.


Siemens fut mon tout premier employeur, qui m’a offert des occasions de croissance continue depuis que je me suis joint à l’entreprise. J’ai commencé ma carrière en Allemagne et j’ai immédiatement eu l’impression d’entrer dans une grande famille, qui est déterminée à avoir une incidence sur la société et qui est profondément novatrice.

Ce fut une expérience extrêmement enrichissante, parce que des occasions se sont présentées à moi dans différents pays, dans divers rôles, avec des gammes de produits variées. D’après mon expérience, Siemens prend soin de ses employés, a une grande vocation sociale, accorde beaucoup d’importance à la technologie et se préoccupe beaucoup du développement des employés.

Lorsqu’on passe d’une fonction à une autre, on n’est jamais totalement prêt pour cette prochaine étape. C’est là que Siemens entre en jeu et vous donne l’occasion de vous développer au travail.

J’ai l’impression que c’est ma propre entreprise. La façon dont je prends des décisions, la façon dont j’agis; je ne ferais pas les choses différemment si c’était ma propre entreprise. Voilà ce qu’est la culture d’appartenance de Siemens et ce qui explique pourquoi tant d’employés comptent 30 ou 40 années de service ici.

 

À quoi pourraient ressembler les 110 prochaines années pour Siemens Canada?

Dans un avenir immédiat, le plus grand défi que le monde doit surmonter, ce sont les changements climatiques. Grâce à sa technologie, Siemens est prête à améliorer les choses dans les immeubles, dans le secteur des transports, dans la transition énergétique et dans l’industrie. Nous serons en mesure de protéger l’infrastructure essentielle du Canada grâce à notre Centre de cyberdéfense pour infrastructures essentielles situé au Nouveau-Brunswick et d’aider à

transformer le secteur de la santé canadien grâce à des technologies innovantes.

Vous verrez Siemens utiliser la technologie pour améliorer les choses dans la société pendant de nombreuses années et pour se transformer elle-même. Je suis d’avis que nous sommes dans une excellente position pour combattre les changements climatiques et je suis très enthousiaste de savoir que nous pourrons y jouer un rôle important.

Cet article a été produit par le Globe Content Studio et a été initialement publié sur le site Web Globe & Mail.

Contact média

Siemens Canada
Laura Heidbuechel

Téléphone : 1.289.952.1600 

Courriel : laura.heidbuechel@siemens.com

Twitter:  www.twitter.com/siemenscanada