Que la lumière soit

1894-1906

Présents en Suisse depuis 1894

Nous sommes heureux de pouvoir célébrer cette année le 125e anniversaire de notre entreprise en Suisse. Depuis 1894, Siemens s’y est installée et a réalisé d’innombrables projets pendant cette période. Certains de nos clients sont devenus des icônes suisses bien connues. Ils sont des symboles de la réussite de notre pays et sont synonymes d’esprit d’invention et de force d’innovation. Sur notre site anniversaire, nous avons rassemblé quelques-unes de ces icônes suisses et les projets Siemens les plus importants.

 

Feldschlösschen | Wynau | Chemin de fer rhétique | Pilatus Aircraft | EPFL | Tunnel du Gothard | Siemens Campus Zoug
 

#IcônesSuisses

Wynau

Le début de la construction de la centrale hydroélectrique de Wynau, à Berne, en 1894, a marqué la naissance de Siemens en Suisse et le coup d’envoi de notre histoire à succès de 125 ans. Après une période de construction de 14 mois, la lumière électrique est apparue pour la première fois à Langenthal, le 23 janvier 1896. La première centrale au fil de l’eau avait été réalisée, le premier projet Siemens en Suisse avait été achevé et la première pierre avait été posée pour le développement futur. Aujourd’hui, la centrale de Wynau appartient à AEK Onyx Energie Mittelland AG, dont BKW Energie SA détient la majorité. Avec la centrale électrique de Schwarzhäusern située en face, Wynau approvisionne de manière fiable 25 000 foyers en électricité. La technologie de protection ultramoderne de Siemens protège les générateurs contre les surintensités et les surtensions.

1894: Que la lumière soit ou comment tout a commencé

Le 23 janvier 1896, peu après 18 heures, une lumière électrique s’allume pour la première fois à Langenthal. L’origine de cet événement est à la fois une longue histoire et le début de Siemens en Suisse.

 

L’idée d’origine de la construction d’une centrale électrique était venue de Robert Müller-Landsmann, un commerçant de Lotzwil. En 1891, il achète un terrain près de Wynau an der Aare et adresse une demande de centrale électrique au préfet. Toutefois, la planification et le financement sont au-delà de ses possibilités. C’est ainsi qu’est né l’engagement de Siemens & Halske de Berlin. Elle achète le projet à Müller-Landsmann pour 300 000 francs et obtient une concession du canton de Berne pour l’exploitation de la centrale électrique.

 

La Suisse s’est très tôt appuyée sur l’énergie électrique dans de nombreux domaines – ainsi que sur les systèmes Siemens – que ce soit pour la production, la distribution et la transmission d’électricité ou pour la technologie de gestion des réseaux. Les travaux de construction de la centrale de Wynau débutent en novembre 1894. Comme c’était la première fois que Siemens ouvrait un bureau de construction en Suisse et était présente avec ses propres collaborateurs, l’année 1894 marque le début de Siemens en Suisse. Quatorze mois et 2,1 millions de frais de construction plus tard, la centrale de 3000 ch est en mesure d’injecter pour la première fois de l’électricité dans le réseau. Bien qu’il n’y ait eu qu’un petit nombre de clients au départ, les cinq turbines Jonval de 750 ch chacune ont été installées dès le début. Cette planification prévoyante s’est avérée payante car l’énergie électrique de la centrale a rapidement été très demandée dans les communes environnantes. Aujourd’hui encore, l’installation alimente en énergie pratiquement toutes les communes de Haute-Argovie. La centrale de Wynau fait désormais partie de «onyx Energie Mittelland SA», dans laquelle BKW Energie SA détient une participation majoritaire depuis 2006. 

1894: Travail dangereux sous l’eau

A la différence de la construction de centrales sur canal où l’eau n’est fournie qu’une fois la construction terminée, pour la centrale de l’Aar à Wynau, il a été nécessaire de travailler dans l’eau et sous l’eau. Pour cela, Siemens & Halske a eu besoin d’un plongeur. Comme il n’y avait pas de plongeurs professionnels à l’époque, l’entreprise a envoyé un de ses employés à Hambourg pour se former comme plongeur professionnel. Le choix s’est porté sur l’Italien Erminio Armando Felice De Polo – un «bel homme avec une moustache impressionnante», selon son petit-fils. Né en Italie, il était venu en Suisse à la recherche d’un emploi et il suivit donc la formation en plongée sous-marine, avec son frère Arturo comme assistant. A cette époque, la plongée était une activité extrêmement exigeante et dangereuse. L’équipement de plongée avec combinaison en caoutchouc, casque en laiton et chaussures en plomb pesait environ 70 kg. Le plongeur était relié à l’équipe à terre par un long tuyau d’air en caoutchouc. Deux assistants devaient constamment pomper de l’air à travers le tuyau pour que le plongeur puisse respirer. Vous ne pouviez communiquer avec le plongeur qu’en tirant sur une corde qui reliait le plongeur à l’équipe.

 

Très vite, le bruit a couru que la centrale électrique de Wynau employait un plongeur professionnel. C’est ainsi qu’Erminio fut également «prêté» aux communes, aux villes, à la police et aux services de secours, où il récupéra des biens volés ou des cadavres dans les eaux et aida à la construction d’autres centrales électriques.

 

Ironie du sort, Arturo, frère d’Erminio et son assistant pour la plongée, se noya en se baignant en 1896, tandis qu’Erminio survécut à sa combinaison de plongée. Après la Première Guerre mondiale, le caoutchouc était devenu cassant, la combinaison était techniquement désuète et n’était plus imperméable. La centrale de Wynau utilisait désormais des plongeurs professionnels bâlois, mais Erminio a continué à travailler à la construction de la centrale jusqu’à sa retraite.

1897: En aucun cas une SA

Jusqu’à sa mort en 1892, Werner Siemens refusa avec véhémence la transformation de son entreprise en société anonyme. Il craignait que l’influence dominante de la famille s’atténue avec le passage à une société anonyme. Carl Siemens, le frère cadet de Werner, était conscient de la situation difficile dans laquelle se trouvait l’entreprise familiale avec ses 6 500 employés dans le monde et voulait élargir son capital en la transformant en société anonyme. Le projet n’a pu être réalisé qu’après la mort de Werner: Siemens & Halske AG fut officiellement fondée le 3 juillet 1897, cinq ans après la mort de Werner. A l’origine, les actions restèrent presque exclusivement en possession de la famille et les statuts de la nouvelle société visaient à empêcher à tout moment une influence extérieure majeure. Le premier rapport annuel publié mentionnait également un projet suisse, un nouveau centre d’éclairage à Wynau. L’action Siemens a été cotée pour la première fois le 8 mars 1899.

1900: La culture des loisirs à Zurich

Au début du XXe siècle, une culture du spectacle vivant prévalait à Zurich, les scènes de vaudeville comme le théâtre Corso, inauguré en 1900, deviennent de plus en plus populaires pendant cette période. Le Corso, transformé plus tard en cinéma, proposait des programmes variés et divertissants et combinait acrobaties, musique, danse, spectacle parlé et magie. En 1910, Siemens équipe le théâtre d’un système d’éclairage électrique.

1903: Fusion importante

Au début du XXe siècle, l’industrie électrique allemande était soumise à une forte pression relative aux coûts et à la concurrence. La construction et l’exploitation de centrales électriques à forte intensité de capital ont entraîné une surcharge financière, ce qui a conduit à un processus de concentration global à partir de 1901. Dès lors, l’industrie électrique allemande a été dominée par Siemens & Halske et Elektrizitäts-Aktiengesellschaft (EAG). La fusion du département courant fort de Siemens & Halske avec EAG a conduit à la création de Siemens-Schuckertwerke GmbH en 1903. Le bureau de l’EAG, situé depuis 1900 dans la Löwenstrasse à Zurich, a été la première succursale de Siemens en Suisse, après avoir été rebaptisée Siemens-Schuckertwerke GmbH Zweigbüro Zürich.

1905: De Zoug au monde

Sous le nom de «Landis & Gyr», une entreprise à l’histoire mouvementée s’établit à Zoug en 1905. Neuf ans plus tôt, l’ingénieur d’études Richard Theiler et le marchand d’épices et de quincaillerie Adelrich Gyr avaient fondé le «Electrotechnisches Institut Theiler & Co». L’entreprise fabriquait des compteurs d’électricité, des inductances téléphoniques et des phonographes depuis 1896. La reprise de l’entreprise par Heinrich Landis en 1904 et la nomination de Karl Heinrich Gyr en tant qu’associé ont conduit à rebaptiser en «Landis & Gyr» la structure de 55 personnes, en 1905. Au cours des décennies, L&G s’est étendue pour devenir une entreprise mondiale; elle a développé par la suite les domaines de la télécommande centralisée, de la télémétrie et de la technologie thermique. Au milieu des années 70, l’entreprise employait plus de 15 000 personnes, dont plus de 5000 à Zoug.

1905: Postes d’aiguillage de Wallisellen 

Avec la création de la «Schweizerische Stellwerksfabrik» le 1er avril 1905, Wallisellen devient en quelques années le centre des technologies de la sécurité ferroviaire. A l’époque déjà, les composants électromécaniques étaient fournis par Siemens. En raison de la récession économique, Signum AG est fondée en 1919; Siemens devait y acquérir une participation majoritaire en 1941. Elle est devenue plus tard Integra Signum AG, qui a été intégrée à Siemens Schweiz AG en 1996.

1906: Câble Pupin au fond du lac de Constance

Avec sa bobine, le physicien Michael Pupin a apporté un changement profond dans le trafic téléphonique longue distance. Au tournant du siècle, Siemens & Halske acquiert une licence européenne pour ce brevet, ce qui augmente considérablement la portée et la qualité de transmission du trafic téléphonique. Le câble sous-marin Pupin a été utilisé pour la première fois lors de la pose de la liaison téléphonique entre Friedrichshafen et Romanshorn. Jusque-là, Siemens & Halske n’avait posé que des câbles terrestres équipés de bobines Pupin, c’est pourquoi les responsables étaient tributaires de l’expérience de leurs collègues de la branche anglaise. Pour la liaison de douze kilomètres, le câble de 110 tonnes a été posé à une profondeur de 250 mètres. Malgré la participation d’experts anglais et la transformation d’une barge en navire câblier, la première tentative de pose échoue à l’automne 1905. Il faut construire une nouvelle machine de pose et attendre l’été suivant pour une seconde tentative. En présence de nombreux invités et spectateurs, le premier câble téléphonique Pupin du monde est finalement posé le 9 août 1906 et restera en service pendant des décennies.

1906: Téléphones pour soldats

A partir de 1906, l’armée suisse utilise les téléphones de campagne de Siemens & Halske. D’après le site Internet armyphone.ch, les soldats suisses utilisaient déjà des téléphones de patrouille individuels de Siemens & Halske vers 1888. De plus grandes quantités n’ont pu être livrées qu’après le passage au nouveau siècle. L’usine téléphonique Albisrieden a continué à développer les téléphones de campagne qui ont été à l’origine du téléphone de l’armée 32. A partir de 1932, plus de 11 000 de ces appareils ont été introduits comme modèle standard dans toutes les armes.