Innovation concentrée

1992-2012

Présents en Suisse depuis 1894

Nous sommes heureux de pouvoir célébrer cette année le 125e anniversaire de notre entreprise en Suisse. Depuis 1894, Siemens s’y est installée et a réalisé d’innombrables projets pendant cette période. Certains de nos clients sont devenus des icônes suisses bien connues. Ils sont des symboles de la réussite de notre pays et sont synonymes d’esprit d’invention et de force d’innovation. Sur notre site anniversaire, nous avons rassemblé quelques-unes de ces icônes suisses et les projets Siemens les plus importants.

 

Feldschlösschen | Wynau | Chemin de fer rhétique | Pilatus Aircraft | EPFL | Tunnel du Gothard | Siemens Campus Zoug
 

#IcônesSuisses

Tunnel du Gothard

En 1992, le peuple suisse a dit «oui» au projet du siècle, celui du tunnel de base du Saint-Gothard. Près de 25 ans plus tard, le 1er juin 2016, le bâtiment a été inauguré de manière solennelle – avec 57 kilomètres, c’est le plus long tunnel ferroviaire du monde. Le tunnel du Saint-Gothard relie le nord au sud depuis près de 140 ans. Les signaux à clochettes développés par Siemens et installés le long de la ligne du Saint-Gothard à partir de 1882 ont constitué l’un des premiers systèmes de sécurité ferroviaire en Suisse. Dans le tunnel de base d’aujourd’hui, nos systèmes de contrôle et de sécurité éprouvés garantissent une exploitation efficace. Combinés à l’automatisation des tunnels, aux systèmes d’alarme incendie innovants, aux unités de commande, aux systèmes d’alimentation électrique et à de nombreuses autres solutions Siemens, l’ensemble garantit les normes de sécurité les plus élevées, lors de trajet en train de 17 minutes.

1993: Tous sous un même toit

Fin 1993, les collaborateurs de Suisse romande ont emménagé dans le nouveau bâtiment de Siemens, avenue des Baumettes à Renens. Toutes les activités de Siemens en Suisse romande ont ainsi été réunies sous un même toit. Avec l’intégration des activités d’Elektrowatt en 1998, de nouveaux sites en Suisse romande, comme Plan-les-Ouates, ont été ajoutés.

1993: Swissair ouvre la voie

Le 1er novembre 1993, les clients de Swissair ont utilisé pour la première fois un automate d’enregistrement aux aéroports de Zurich-Kloten et de Genève-Cointrin. L’appareil Siemens-Nixdorf a délivré la carte d’embarquement en 20 secondes. 

1994: Une activité lucrative dans le domaine des câbles

Avec une participation minoritaire, Siemens-Albis a joué un rôle clé dans la création de cablecom en 1994. Mais, faisons un retour en arrière: au début des années 90, les grandes entreprises de réseaux câblés Alcatel STR (nouveau propriétaire de Rediffusion, 500 000 foyers), Ascom (190 000 foyers), VEBA GmbH (150 000 foyers), Siemens Albis AG (100 000 foyers) et Fischer Holding AG (60 000 foyers) dominent, le marché suisse fragmenté, avec plus de 300 entreprises de réseau câblé. En raison du morcellement de l’industrie, le marché est très dynamique à l’époque. Leo Fischer, propriétaire de Fischer Holding AG et pionnier des réseaux câblés en Suisse, s’efforce de trouver une solution suisse globale et solide dans laquelle l’entreprise publique Telecom PTT peut également être intégrée comme actionnaire minoritaire. L’objectif est d’établir une infrastructure de réseau durable à l’échelle nationale et d’exploiter les synergies existantes entre Telecom PTT et les opérateurs de réseaux câblés locaux. Siemens accepte de participer à la nouvelle société de réseau. Après de fructueuses négociations, Cablecom Holding AG est fondée le 11 mai 1994. Outre Siemens Albis et Telecom PTT avec 40 % chacune, Fischer Holding AG détient une participation de 20 %. A l’automne 1994, VEBA Telecom devient le quatrième actionnaire de Cablecom Holding. Les nouvelles participations au capital sont les suivantes: Siemens-Albis, VEBA Telecom, Telecom PTT chacune 32 %, Fischer Holding 4 %. Manfred Nagel, alors directeur général de Siemens Albis, devient président du conseil d’administration. Leo Fischer est nommé premier CEO de cablecom. Dans les années qui suivent, jusqu’en 1999, cablecom rachète plusieurs réseaux câblés, dont Rediffusion, fondée en 1931, et Leo Fischer Holding AG. Avec l’acquisition de Rediffusion, la pression politique sur cablecom commence à augmenter. En 1997, la Commission de la concurrence recommande au Conseil fédéral de céder la participation de Telecom PTT à cablecom «dans l’intérêt national». Siemens annonce également le retrait de ses participations dans l’activité d’opérateur de réseaux câblés opérationnels. Début 1999, VEBA s’est aussi jointe à ces projets de retrait, ce qui est plutôt surprenant car elle avait d’abord cherché à maintenir sa participation dans cablecom. Au milieu de l’année 1999, cablecom annonce que l’entreprise va être vendue au «plus offrant». Parmi les nombreuses parties intéressées figurent Deutsche Telekom, France Télécom, UPC, Rupert Murdoch et Time Warner. Le 13 décembre 1999, la NTL britanno-américaine remporte l’appel d’offres. Elle paie un prix de reprise de 5,8 milliards de CHF. Après déduction des dettes de la société, chacun des trois principaux actionnaires enregistre un produit net des ventes de 1,35 milliard de CHF. 

1995: Iltis conquiert le monde

Le 10 juillet 1995, Siemens Integra Verkehrstechnik AG livre à la gare centrale de Berne le premier nouveau système de commande Iltis (Information and Control Technology Integra Signum). Au début, les deux gares de Schüpfen et de Münchenbuchsee sur la ligne de Bienne sont ainsi gérées à distance. Le système de contrôle d’exploitation Iltis se distingue avant tout par son interface utilisateur conviviale et par la concentration de diverses fonctions telles que l’exploitation, la commande des trains et la mise à jour des numéros de train sur une plate-forme informatique uniforme. De nombreux autres projets Iltis nationaux et internationaux suivront la première à Berne. 

1996: Les guillemets doivent être supprimés

Le 1er janvier 1996, Siemens-Albis AG devient Siemens Schweiz AG. L’occasion a été le renouvellement de la présidence du conseil d’administration. Le changement de dénomination sociale a été approuvé par l’Assemblée Générale extraordinaire du 12 septembre 1995. Contrairement aux attentes, il y a eu des obstacles à surmonter. Pour la présence de «Schweiz» dans le nom de l’entreprise, sans guillemets, il a fallu obtenir une autorisation de la Confédération suisse à Berne. 

1996: Un système intégré

En 1996, Siemens introduit la TIA «Totally Integrated Automation». Pour la première fois, la cohérence verticale et horizontale des solutions d’automatisation est ainsi assurée: de l’entrée des marchandises à la sortie des marchandises en passant par la production. 

1996: Perles industrielles suisses

La nouvelle a été diffusée le 23 décembre 1996 à 17h30 très précisément: «Siemens AG envisage de reprendre la participation de CS Holding à la partie industrielle d’Elektrowatt». La nouvelle a fait la une des journaux parce que le portefeuille d’Elektrowatt comprenait des perles industrielles telles que Landis & Stäfa, Cerberus, Kummler + Matter, VibroMeter, Göhner Merkur, Landis & Gyr Utilities, Landis & Gyr Communications et Elektrowatt Engineering. Peter Grüschow, alors CEO de Siemens Suisse, connaît le contexte de la vente: «CS avait repris la Banque Populaire Suisse et la Neue Aargauer Bank et avait besoin de liquidités suffisantes pour le bilan au 31 décembre 1996 afin de couvrir les coûts de restructuration. De plus, CS avait déclaré que son engagement envers Elektrowatt n’était pas stratégique.» Il ne restait que deux semaines pour préparer les offres de reprise. Les autres entreprises intéressées n’ont pas pu faire face à cette contrainte de temps et Siemens a obtenu le contrat. 

1997: Installations à courant fort clés en main

Siemens Suisse a été le premier entrepreneur général à réaliser des installations à courant fort clés en main. En février 1997, la nouvelle sous-station 110 kV/10 kV avec deux transformateurs de 40 MVA a été réalisée dans la Schochengasse pour la ville de Saint-Gall. En raison de cette référence, dans le rôle d’entrepreneur général, de nombreuses autres commandes ont suivi.

1997: Des bagages en de bonnes mains

En décembre 1997, Siemens a obtenu le contrat pour le nouveau système de tri et de manutention des bagages à l’aéroport de Zurich. Le volume de la commande s’élevait à 100 millions de CHF. Après cinq ans de construction, le projet a été achevé avec succès le 1er novembre 2002.

2000: Transport souterrain d’électricité

Traditionnellement, le courant haute tension est transmis par des lignes aériennes. Mais ce n’est pas forcément le cas, car en 2000, Siemens a mis en service la première ligne à haute tension (GIL) souterraine isolée au gaz au monde sur le site de Palexpo à Genève. Le GIL se compose de deux tubes en aluminium posés l’un à l’intérieur de l’autre. L’électricité est transportée dans le tube intérieur. L’ensemble est isolé par un mélange gazeux dans l’espace intermédiaire. Le coût élevé est la raison pour laquelle la technologie GIL ne convient que pour des projets spéciaux ou des zones particulièrement exposées. 

2001: «Näbe de Schiine»

Un plancher surbaissé à cent pour cent, des coûts d’acquisition réduits et une livraison rapide: le «Combino» était considéré comme le tramway le plus en avance de son temps. Le premier véhicule a été mis en service à Bâle le 10 février 2001, Berne a suivi.

 

Mais les problèmes de résistance au niveau de la caisse du véhicule ont conduit à des pannes et à l’usure des matériaux et ont jeté le discrédit sur les Combinos. Dans le monde, de nombreux tramways ont dû être mis hors service et rénovés. Siegfried Gerlach, alors chef de la commission spéciale «Rénovation du Combino» et CEO de Siemens Suisse jusqu’en mars 2019, se souvient: «Nous n’avons tout simplement pas trouvé de solution aux exigences de résistance à la fatigue des Combinos. C’est pourquoi j’ai invité des experts de différentes industries et je leur ai décrit notre problème. Les représentants de l’industrie aéronautique ont alors demandé pourquoi nous nous efforcions d’obtenir une résistance à la fatigue et non une résistance à l’exploitation, comme il est normal en aviation. La résistance à l’exploitation garantit la fonctionnalité durant une certaine période. Après clarification et la promesse de nos ingénieurs de pouvoir atteindre cette résistance à l’exploitation, au moins la moitié du problème avait été résolue.»

 

Tous les Combinos ont été soumis aux nouvelles mesures de soulagement et de renforcement pour la caisse du véhicule. Les Combinos de Bâle ont de plus été équipés pour la première fois d’un système de contrôle de roulis et se caractérisent désormais par de meilleures caractéristiques de conduite. Au moment de sa crise, le Combino avait même figuré sur la plaque du carnaval de Bâle avec la devise «Näbe de Schiine» (à côté des rails). 

2003: Brasser de la bière chez Feldschlösschen

Depuis 2003, des commandes intelligentes régulent le processus de brassage dans la chaudière en cuivre ainsi que dans la grande ligne d’embouteillage. 

2006: Le passeport suisse devient «biométrique»

Ouvrez les yeux, fermez la bouche, dégagez les mains, bandeaux et cheveux de votre visage et regardez droit devant vous. Telles sont les conditions à remplir pour qu’une photo du visage soit prise pour le passeport suisse. Le passeport biométrique est disponible en Suisse depuis octobre 2006. Le projet pilote initial est devenu définitif et depuis le 1er mars 2010, la Suisse, en tant que membre de l’espace Schengen, est obligée de ne délivrer que des passeports avec une image faciale enregistrée électroniquement et deux empreintes digitales – le passeport électronique biométrique 10. Les données telles que la taille, le sexe, la date de naissance, la photo faciale et les empreintes digitales sont enregistrées dans les centres cantonaux des passeports et stockées dans une base de données centrale. Siemens IT Solutions and Services (SIS) a été l’entrepreneur général de ce projet et a fourni les appareils d’enregistrement et les logiciels de contrôle. 150 autres postes d’enregistrement ont été mis à la disposition des ambassades suisses. De plus, en collaboration avec d’autres fournisseurs, Siemens a développé la technologie des cabines d’enregistrement. Les défis étaient les délais stricts, les spécifications de qualité et de protection des données ainsi que la mise en réseau des produits de différents fabricants.

2007: Le plus grand projet logistique d’Europe

Dans le cadre du projet de modernisation «REMA» (Reengineering Mailprocessing), la Poste Suisse a entièrement remplacé ses machines de traitement du courrier et les a adaptées aux dernières technologies. La Poste Suisse a ainsi regroupé 18 centres de courrier en trois (Zurich-Mülligen, Eclépens, Härkingen) ainsi que six centres logistiques et deux centres de traitement des retours et de codage vidéo. Siemens Suisse a agi en tant que partenaire et fournisseur. A l’époque, REMA était le plus grand projet logistique en Europe. En 2009, Siemens a remporté pour cela le Swiss Post Supplier Award 2009 dans la catégorie Innovation.

2008: Dispositifs intelligents

Arbon Energie AG est un pionnier du comptage intelligent en Suisse. En 2008, l’entreprise commence à installer des compteurs intelligents dans tout le pays, en s’appuyant sur les compteurs AMIS de Siemens. D’ici 2025, tous les compteurs d’électricité mécaniques des ménages suisses devront être remplacés par des compteurs intelligents. Cela permettra un approvisionnement plus efficace et des économies d’électricité. 

2009: Cabane magique

En 2009, un projet révolutionnaire de construction en haute montagne a débuté à 2883 mètres au-dessus du niveau de la mer: la nouvelle cabane du Mont Rose avec vue sur le Cervin. Dans le cadre du 150e anniversaire de l’ETH Zurich, l’ETH Zurich et le Club Alpin Suisse CAS ont développé conjointement le concept de ce bâtiment moderne. L’objectif du projet de recherche était de développer et de tester de nouveaux concepts pour augmenter l’efficacité énergétique dans des conditions difficiles d’utilisation continue. De nouvelles technologies ont été utilisées pour concevoir et gérer ce type de bâtiments de manière optimale et durable. Grâce à l’ingénieuse technologie de construction Siemens, la cabane de montagne est autosuffisante en énergie à plus de quatre-vingt-dix pour cent. La division Building Technologies a participé à ce projet pilote dès le début et a fourni le système innovant d’automatisation du bâtiment.

 

La construction durable est un sujet prometteur non seulement pour la recherche, mais aussi et surtout pour l’industrie. C’est pourquoi Siemens a décidé en 2009 de soutenir une nouvelle chaire à l’ETH Zurich dans le cadre d’un programme de financement de cinq millions de francs. La chaire se concentre sur la recherche et le développement de nouvelles technologies pour une architecture durable.