Le ferroviaire prépare sa révolution

Les trains à grande vitesse comme le TGV et l'ICE font partie de notre quotidien depuis longtemps. A quoi ressembleront les trains du futur? Des concepts innovants sont-ils envisageables? Siemens et la Haute Ecole Technique de Rhénanie Westphalie (RWTH) collaborent sur les trains de demain.

Au sein du projet «Future Train», les ingénieurs de Siemens et les scientifiques de la RWTH travaillent conjointement sur l’avenir des transports ferroviaires. L’accent est mis sur les nouvelles technologies, les matériaux innovants, les méthodes de développement et les processus de production, ainsi que l’élaboration de concepts de mobilité multimodale qui devraient faciliter l’intégration complète des transports ferroviaires et individuels. «Deux pistes sont explorées: la poursuite du développement des chemins de fer classiques en se focalisant sur des méthodes de production encore plus efficientes et le projet Automated Nano Transport System (ANTS)», explique Jürgen Schlaht, responsable Innovative Technologies Mainline Transport (ITMT) chez Siemens.

ANTS: des trains «intelligents» et personnalisés

Ce projet requiert un peu d’imagination. ANTS propose en effet une standardisation encore plus poussée des solutions techniques pour des véhicules ferroviaires hautement individualisés, flexibles avec leur fabrication par impression 3D et trouvant leur chemin de manière autonome sur le réseau ferroviaire existant. En d’autres termes: c’est une véritable révolution qui se prépare.

 

La base du projet ANTS repose sur des motrices de douze mètres de long, largement autonomes, composées de deux modules: l’unité d’entraînement nommée Drive Unit et la structure fonctionnelle. L’ensemble de la technique est intégré dans la Drive Unit. Ces unités mobiles pourront être combinées avec pratiquement n’importe quel type de structure fonctionnelle: fixations pour de gros containers, simples wagons équipés de sièges passagers ou restaurants rapides avec terrasse en plein air… tout est imaginable. A l'avenir, il deviendra également envisageable d'assembler les superstructures grâce à une configuration en ligne et de les fabriquer en quelques jours par impression 3D.

Une flexibilité sans précédent

Globalement, ce projet apporte une flexibilité fantastique: les Drive Units autonomes resteront dans tous les cas parfaitement identiques et pourront être fabriquées en grande quantités à bas coûts. La fonctionnalité de la structure pourra être par contre personnalisée par l'exploitant qui offrira en quelque sorte un «train à la demande». Mais la véritable originalité réside dans «l’intelligence» du concept ANTS. Lorsque les capacités de transport devront être augmentées, les unités individuelles s'organiseront en assemblant un convoi plus important pour la partie commune de leur voyage. Ces unités connaîtront leur destination et se dirigeront sans conducteur, se séparant du convoi lorsque leurs trajets respectifs divergeront. «En conduisant de manière autonome, les motrices ANTS pourront directement communiquer avec les aiguillages et les systèmes de sécurité, choisir leur propre itinéraire jusqu'à destination et, dans une certaine mesure, determiner quelle unité ou quelle composition devra être utilisée sur un tronçon donné.»

01.03.2018

Eberhard Buhl

Picture credits: Siemens