Une énergie propre fournie par le toit

Avec son toit solaire pliant installé au-dessus du parking récemment rénové des remontées mécaniques du Kronberg, SAK gère un projet phare pour l’avenir énergétique de la Suisse orientale. Ce toit innovant se plie et se replie au gré des conditions météo – une fonctionnalité rendue possible par les composants de commande de Siemens.

Par beau temps, de nombreux randonneurs affluent sur le Kronberg, dans les Alpes appenzelloises. Randonnée, bon repas au restaurant d’altitude ou joies de la luge en hiver. La montagne a beaucoup à offrir. Et lorsque le soleil brille, on peut observer un autre atout de la région sur le parking de 4000 m2 des remontées mécaniques du Kronberg à Jakobsbad: un toit solaire pliant se déploie de manière entièrement automatique à une hauteur de 7 mètres. Il produit de l’électricité tout en faisant de l’ombre aux voitures garées. Les personnes venues en voiture électrique peuvent en outre utiliser les bornes de recharge sur le parking.

La double exploitation des surfaces de l’infrastructure

C’est une jeune entreprise des Grisons, dhp technology AG, qui a inventé ce toit innovant. Le développement a notamment été réalisé en collaboration avec l’entreprise d’ingénierie sf elektro engineering AG, et la production a été réalisée en Suisse. dhp n’en est pas à son coup d’essai: avec ses toits solaires pliants installés au-dessus de différentes stations d’épuration, l’entreprise a déjà beaucoup fait parler d’elle et a été récompensée en 2019 par le Watt d’Or de l’Office fédéral de l’énergie et par le Prix Solaire Suisse. 

Ce toit pliant pose les jalons d’un nouveau type de photovoltaïque intégrée: outre les toits, les surfaces d’infrastructure pourront également être équipées de modules photovoltaïques – sans entraver leur fonctionnement. Cette double utilisation présente un énorme potentiel pour les installations photovoltaïques de grande taille, et les surfaces industrielles sont en principe adaptées à cet usage.

 

Les espaces de stationnement forment cependant une surface idéale, car la photovoltaïque et l’électromobilité se complètent parfaitement. «Le toit s’accompagne d’une infrastructure de recharge», explique Philip Racine, ingénieur systèmes chez dhp. À Jakobsbad, SAK a ainsi également réalisé avec le toit deux stations de recharge de 22 kW pour les véhicules électriques. Des stations supplémentaires peuvent être facilement ajoutées si besoin. La construction légère du toit présente d’autres avantages pour le parking: son faible poids permet un large espacement entre les poteaux allant jusqu’à 25 mètres. Et grâce à sa hauteur importante, tous les types de véhicules peuvent circuler dessous sans problème.

«Nous sommes très fiers du toit pliant. La commande complète, la visualisation du système de contrôle, la commande des entraînements – nous avons tout conçu et codéveloppé sur mesure.»
Kadir Bahsani, chef de division Automation & Drives chez sf elektro-engineering ag

Un fonctionnement fiable grâce à la commande Simatic

Pour la commande dhp et sf engineering ont misé sur la Simatic S7-1500 associée au système Simatic WinCC. «Bien entendu, le fonctionnement entièrement automatisé repose sur une disponibilité et une fiabilité élevées. En outre, l’identification de chutes de neige, de grêle ou de vent fort est essentielle», précise Kadir Bahsani en évoquant les exigences posées à la commande et au système de contrôle. «Le système de contrôle se doit d’être intuitif d’utilisation, également pour le client. Il faut également pouvoir intervenir à distance, et nous souhaitons enregistrer et traiter les données.» La commande est installée localement. La centrale de commande, qui permet de surveiller l’installation, se trouve quant à elle dans les locaux de dhp. Philip Racine apprécie la présentation du système de commande: une première partie offre une vue d’ensemble du statut de toutes les installations, tandis qu’une seconde propose des informations détaillées et des images de webcam. En cas de message d’erreur, il est possible d’intervenir à distance. «Jusqu’à présent, cela n’était pas possible», se réjouit Philip Racine.