L’éclairage de passage évoque une crevasse glaciaire

Le nouveau terminal des Chemins de fer de la Jungfrau et la station du glacier de l’Eiger disposent de systèmes d’éclairage automatisés innovants avec le bus de la passerelle KNX/Dali. Siemens a fourni une grande partie des appareils systèmes. 

Matthias Rieder n’est pas près d’oublier le panorama de son poste de travail à Grindelwald, avec vue sur la paroi nord à pic de l’Eiger, ni son trajet en télécabine pour se rendre au glacier de l’Eiger à une altitude de 2320 mètres. De l’été 2018 au mois de décembre 2020, les Chemins de fer de la Jungfrau ont construit à Grindelwald un terminal avec un parking pour leur nouveau téléphérique 3S, l’Eiger Express, et une station au glacier de l’Eiger. «Participer à un projet de cette envergure a été une expérience unique», souligne Matthias Rieder, intégrateur système chez Elektrolink AG à Frutigen.

 

En collaboration avec un collègue, il a été chargé de connecter les systèmes d’éclairage complexes du terminal de Grindelwald et de la station du glacier de l’Eiger avec le système bus de la passerelle Dali. Ce standard permet de faire communiquer entre eux les appareils d’éclairage, mais aussi les capteurs, pour exploiter avec efficacité la lumière. Pendant sa mission, Matthias Rieder a été régulièrement en contact avec René Dahinden, ingénieur commercial chez Siemens Building Products. «Siemens nous a accompagné de ses conseils et nous a livré pratiquement tous les composants de la passerelle KNX/Dali», déclare Matthias Rieder. «Nous avons pu fournir à Elektrolink AG les appareils capables de garantir une connexion optimale des fonctions clés du nouveau site des Chemins de fer de la Jungfrau», ajoute René Dahinden. 

Economies d’énergie en prime 

Le résultat est une réussite éclatante. Dans les bistros et les bars des deux stations, des scénarios d’ambiance lumineuse préprogrammés se sélectionnent à volonté. «Si l’e-tron energy bar est fermé, par exemple, seule sa signature reste éclairée», dit Matthias Rieder. La lumière du parking est dotée d’une temporisation programmée: elle baisse progressivement cinq minutes avant de s’éteindre. «Cela évite aux gens qui s’attardent à bavarder de se retrouver brusquement dans le noir», précise Matthias Rieder. Sur les quais, des détecteurs de mouvement veillent à ce que l’éclairage se mette en veilleuse quand il n’y a personne, ce qui permet d’économiser l’énergie. Mais la fonction préférée de Matthias Rieder est une trouée lumineuse bordée d’ombres au terminal de Grindelwald. «On se croirait dans une crevasse glaciaire», s’enthousiasme Matthias Rieder. 

29.03.2021