La Tour Derichebourg s'éclaire plus intelligemment

La nouvelle législation est claire : il faut diminuer considérablement la consommation d’énergie des bâtiments tertiaires. Pourquoi alors ne pas conjuguer rénovation avec innovation et engagements RSE ? C’est l’équation résolue par Derichebourg Multiservices qui a fait appel à Le Studio LED pour équiper les 8 000 m2 de son siège social, la célèbre Pyramide inversée, à Créteil.

Aller vers une consommation énergétique plus juste et responsable tout en améliorant les conditions de travail des collaborateurs. L’ambition du concepteur français de projets d’éclairage LED, Le Studio LED, a été portée au sein d’importants chantiers pour Geodis, SNCF, Bolloré ou encore Yves Rocher. Cette fois-ci, l’entreprise a implanté des points lumineux, équipés des capteurs Enlighted de Siemens, au siège de Derichebourg Multiservices. Il s’agit de la Tour en forme de pyramide inversée située à Créteil (94), réunissant depuis fin 2020 les équipes du groupe, jusqu’alors réparties dans différents sites en Ile-de-France.

Le bilan RSE

« Chaque projet est une nouvelle opportunité pour répondre aux enjeux RSE », explique Corinne Grapton, CEO de Le Studio LED. Ainsi, dans le cadre d’une démarche RGE (label Reconnu Garant de l'Environnement), une étude d’éclairage a été menée en amont, permettant de diviser par deux le nombre de luminaires. « On ne fait pas du remplacement un par un. Nous travaillons sur le dimensionnement des points lumineux et le volume de lumière nécessaire. Alors, on peut passer de 2 000 points lumineux initiaux à 500 LED par exemple », affirme la dirigeante, lauréate du Palmarès 2020 Women Equity. Le confort des utilisateurs est encore augmenté car la LED s’allume automatiquement. Au final, « la tour a réduit sa consommation d’énergie liée à l’éclairage de 91 % », ce qui représente une réduction d’émissions de 49 tonnes de CO2 par an.

Chaque projet est une nouvelle opportunité pour répondre aux enjeux RSE
Corinne Grapton, CEO Le Studio LED

Comment fonctionnent ces capteurs intégrés aux LED ?

Concrètement, les capteurs Siemens implantés sur les LED s’appuient sur des outils intelligents d’analyse qui fonctionnent même lorsque l’éclairage est éteint. Grâce aux informations relevées, la gestion des espaces est optimisée. « Si les capteurs indiquent que personne n’est entré dans ce bureau, il ne sera pas nettoyé. À l’inverse, si un espace est très utilisé, on peut adapter la fréquence de passage des équipes de nettoyage », précise Corinne Grapton. Les capteurs sont également intéressants sur le plan de la sécurité. Ils aident à signaler une intrusion si la présence d’une personne est détectée dans les locaux à une heure inhabituelle par exemple. De même, les capteurs peuvent être liés à la température et la réguler.

 

« Proposer uniquement de la LED a de moins en moins de sens. Il faut des outils et des infrastructures intégrées », résume la CEO. D’autant que ces solutions intelligentes sont aussi mises à profit dans le cadre de la législation. « Siemens offre une passerelle entre les données de consommation d’un bâtiment et la plateforme OPERAT de l’Ademe ». Cette interface doit accompagner les acteurs du tertiaire dans la transition énergétique, notamment pour les aider à atteindre les objectifs du décret tertiaire de la loi Elan.

Des économies chiffrées

« Puisqu’il s’agit d’un contrat de performance énergétique, Le Studio LED porte le financement et s’engage sur la performance énergétique sur une période de 10 ans », explique la CEO. « On envisage près de 700 000 euros d’économies étalées sur les dix prochaines années », poursuit Corinne Grapton, alors que seulement trois étages sur cinq de la tour ont été équipés. Chez un autre client, évoluant dans le secteur de la logistique, la facture énergétique a été divisée par deux, passant de 6 à 3 millions d’euros. Un gain financier qui pourrait inciter à atteindre plus vite les objectifs de la loi : 40 % en moins de consommation énergétique dans les bâtiments tertiaires d’ici à 2030, 60 % d’ici à 2050.

 

Novembre 2022