Thésée Datacenter à la conquête du green

La nouvelle génération de datas centers arrive. Dynamisés par l’intelligence artificielle et les nouvelles technologies, les data centers proposent des performances accrues en matière de disponibilité, de performance technique et d’efficacité énergétique. Coup de projecteur sur le projet français Thésée Datacenter, qui sortira de terre en 2021.

Il est prêt à sortir de terre. De son vrai nom Thésée Datacenter Tier IV, ce projet français de campus de datacenters verra le jour en 2021 à Aubergenville (Yvelines), en région parisienne, sur un site de trois hectares. Et s’il fait tant parler de lui, c’est parce qu’il sera le premier à intégrer, dès sa conception et avec l’aide de Siemens notamment, des solutions innovantes permettant à la fois de réduire son empreinte environnementale mais aussi de faire baisser sa facture énergétique, et par ricochet, celle de ses clients, tout en leur garantissant un haut niveau de fiabilité.

 

Hier pointés du doigt comme mauvais élèves en termes de consommation d’électricité – en moyenne une infrastructure de 10 000 m² consomme à elle seule autant qu’une ville de 50 000 habitants ! – des data centers de nouvelle génération voient aujourd’hui le jour.

 

Impossible en effet d’ignorer l’explosion des usages (5G, objets connectés, cloud), exacerbée par la récente crise sanitaire et le mouvement de digitalisation entamé par les entreprises pour répondre aux contraintes imposées par le confinement et la généralisation du télétravail. Une consommation qui impacte forcément la consommation énergétique des serveurs, dont le fonctionnement nécessite un apport important en énergie ainsi qu’un refroidissement, qui consomme à lui seul 30 % de l’énergie nécessaire aux data centers.

 

Comment, alors, réduire l’empreinte carbone de ces datas centers énergivores ? Deux leviers existent :

  • L’optimisation de la consommation des serveurs
  • L’optimisation de la consommation des systèmes de refroidissement grâce à des solutions de building management system

Une consommation énergétique diminuée de 30 % environ

C’est ce deuxième levier qui a été utilisé dès la conception de Thésée Datacenter, via la solution White Space Cooling Optimization développée par Siemens. 

Cette solution se base sur l’intelligence artificielle, le machine learning et les algorithmes prédictifs pour compléter les capacités humaines, améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments et la fiabilité des installations
résume Alberto Carpita, expert Datacenter Energy Efficiency Solutions chez Siemens Smart Infrastructure

L’alliance d’un logiciel, développé en interne, et de capteurs de température permet ainsi d’optimiser le refroidissement de ces technologies. Solution intelligente, elle est aussi capable de réagir en toute autonomie en cas de panne d’un des équipements ou de changement des conditions de températures dans les salles de serveur.

 

Pour mesurer les résultats en termes de performance énergétique, le secteur recourt à un des indicateurs les plus utilisés dans l’industrie : le PUE, Power Usage Effectiveness, à savoir le rapport entre l’énergie totale consommée par le data center et celle consommée par les équipements informatiques. Plus ce rapport se rapproche de 1, plus l’impact de la chaleur dissipée par les équipements informatiques est nul. Celui de Thésée Datacenter a été estimé à 1,2, avec une consommation énergétique qui devrait être inférieure d’un tiers à celle des data centers de la génération précédente, et une disponibilité critique maximale permettant de se voir attribuer le plus haut niveau de certification Tier IV. Défi relevé !

Les data centers, nouveaux acteurs des territoires

Alors que la tendance à la décentralisation et à la régionalisation de ces structures se confirme, les data centers d’un nouveau temps, à l’image de Thésée, sont destinés à devenir de véritables acteurs des territoires sur lesquels ils sont implantés. Contribuant à la production et à la réutilisation d’énergie, ils seront pourvoyeurs d’emplois et contribueront à une meilleure expérience utilisateur (plus faible latence, moins d’engorgements de réseaux…). Une évolution appuyée d’ailleurs par le Sénat dans ses pistes de réflexion sur la réduction de l’empreinte environnementale du numérique, émises en août 2020.

Des projets sont à l’étude pour créer des écosystèmes vertueux dans lesquels le data center pourra utiliser l’énergie produite localement, par exemple photovoltaïque, et où la chaleur produite contribuera à chauffer des logements, des bâtiments comme des hôpitaux, ou encore sera utilisée pour l’agriculture 
complète Yoann Blangis, Directeur marché Datacenter Solutions France chez Siemens Smart Infrastructure

De quoi participer à la nouvelle image d’un secteur qui souhaite contribuer au développement des territoires et prendre toute sa place dans les réseaux de smart ou micro grids.

Abonnez-vous à la newsletter

Restez à jour à tout moment : ce que vous devez savoir sur la transformation numérique au sein des infrastructures et des industries.