Volta Zero : la livraison en ville zéro bruit et zéro émission

Carl-Magnus Norden, un des fondateurs de Volta Trucks, parle de ses ambitions en matière de logistique urbaine. Alors que le prototype Volta Zero, conçu dès le départ pour être électrique, a été lancé en septembre 2020, les premiers véhicules devraient être mis en service chez le client d’ici fin 2021.

Avec ses 200 km d’autonomie, le Volta Zero est le premier véhicule de 16 tonnes entièrement électrique au monde. Commercialisé par le fabricant (et société de services) Volta Trucks, il a été conçu pour être utilisé dans les centres-villes où les moteurs diesel sont progressivement interdits. Focus sur cette start-up anglo-suédoise innovante ainsi que sur les enjeux liés aux infrastructures de recharge pour véhicules électriques. 

Berlin en 2018, Oslo en 2020, Paris en 2024, Strasbourg en 2025… De grandes villes européennes ont déjà banni (ou sont sur le point de le faire) le diesel de leurs centres-villes. En France, l’objectif fixé par le gouvernement vise à interdire les voitures thermiques (essence et diesel) neuves en 2040. Un calendrier qui pourrait même se durcir car, à l’image du Royaume-Uni, qui a annoncé l’an passé que seuls les véhicules « zéro émission » seront vendus neufs sur son territoire en 2035, les dirigeants de l’Union européenne envisagent de proscrire la vente de véhicules thermiques d’ici à 2035. Un projet qui sera discuté en juin pour devenir, s’il est adopté, une directive obligatoire pour tous les Etats membres. 

Notre idée est d’agir dès maintenant, car si l’industrie automobile a déjà lancé cette réflexion, celle du camion est en retard. 
explique Carl-Magnus Norden

Des réglementations qui concernent les voitures, mais aussi les véhicules lourds (bus et camions). C’est dans cette optique que les Scandinaves Kjell Walöen et Carl-Magnus Norden ont créé en 2019 Volta Trucks, puis développé leur camion 100 % électrique, le Volta Zero. « Les politiques parlent de la suppression des moteurs thermiques en 2035 ou en 2040 mais, selon les experts du climat, il faut aller beaucoup plus vite, explique ce dernier, serial entrepreneur dans des domaines tels que l’immobilier, le Private Equity ou encore les services internet. Notre idée est d’agir dès maintenant, car si l’industrie automobile a déjà lancé cette réflexion, celle du camion est en retard. » 

Anatomie d’un véhicule « nouvelle génération » pour des villes décarbonées

Camion de 16 tonnes, le Volta Zero est ainsi destiné au fret de centre-ville. Avec une charge utile de 8 600 kg, et un volume total de 37,7 m3 pouvant accueillir 16 europalettes, son autonomie est de 200 km avec une seule charge de la batterie, ce qui lui confère une densité d'énergie inégalée dans le secteur. 

Réduire les émissions de gaz d’échappement, tel est l’objectif de Volta Trucks. Mais l’entreprise ne s’arrête pas là puisqu’elle s’efforce de réduire son impact environnemental en recherchant des méthodes durables pour la fabrication de ses véhicules et de leurs composants et ce durant toute la chaîne d’approvisionnement. Les capacités de chargement ont également été optimisées afin que les opérateurs puissent livrer la même quantité de marchandises mais avec moins de véhicules, réduisant ainsi l’encombrement des centres-villes pour améliorer la qualité de l’air pour tous. 

 

L’aspect sécurité a également été très important dans la conception de ce camion « nouvelle génération ». « Nous sommes partis d’une feuille blanche pour construire le camion le plus sûr possible », confirme Carl-Magnus Norden. Le conducteur est ainsi installé au centre de la cabine afin de pouvoir sortir des deux côtés, et pas seulement côté trafic. La marche d’accès a été réduite pour limiter les problèmes physiques liés aux efforts quotidiens de montée et descente du camion. Les portes sont coulissantes et les fenêtres ont été maximisées (vue panoramique à 220°) pour réduire les angles morts. Les batteries, d’une durée de vie de dix ans, sont, elles, placées entre les rails du châssis, un espace peu sujet aux chocs. 

 

Un design novateur, pensé également dans une perspective de recrutement et de fidélisation des opérateurs de flotte. « L’industrie du camion doit se réinventer et attirer la jeune génération, ajoute Carl-Magnus Norden. En Allemagne, la moyenne d’âge des conducteurs est de 56 ans. Autrefois, les conducteurs s’intéressaient à la mécanique. Aujourd’hui, les jeunes sont tournés vers l’informatique. Nous avons donc tout fait pour rendre l’espace de travail plus confortable et attractif avec des écrans, des interfaces intuitives… »

40 000 dépôts logistiques à équiper de bornes de charge rapides en Europe en 2030

Volta Trucks mettra en circulation ses premiers Volta Zero à la fin de l’année à Paris et à Londres pour des tests de courte durée pour ses clients et prospects. Ensuite, l’entreprise anglo-suédoise, qui a annoncé une levée de fonds de 20 millions de dollars en janvier, s'attend à ce que des milliers de camions circulent sur les routes peu après le début de la production en série, à la fin de l’année 2022. 

 

Des camions que l’entreprise devra entreposer et recharger en périphérie des centres-villes (Gennevilliers ou Rungis par exemple pour Paris). « Le facteur limitant est, tout comme encore aujourd’hui pour les voitures électriques, le nombre d’infrastructures de charge disponibles, précise Olivier Delassus, directeur e-mobility Siemens France. Nous en sommes au tout début de l’histoire : à ce jour, aucun dépôt logistique n’est équipé de station de charge rapide (+100kW). L’estimation du marché européen est d’en avoir 13 000 en 2025 et 40 000 en 2030. »

Les prestations de recharge représentent un enjeu stratégique

La recharge de véhicules lourds est un domaine dans lequel Siemens propose aujourd’hui toute une gamme de solutions. En dépôt, avec temps de recharge adapté aux besoins des tournées de livraisons :  de quelques heures en charge rapide (100 à 200 kW) à toute une nuit en charge plus lente (22 kW à 50 kW). Et pendant les tournées, sur les hubs de déchargement, avec des appoints de charge super rapide « chargeurs haute puissance » de 300 kW et plus.

 

« Ces technologies sont récentes, ajoute Olivier Delassus. Nos équipes R&D travaillent déjà aux nouveaux standards qui doivent voir le jour dans deux à trois ans, comme par exemple le « Megawatt Charging System » qui permettra la recharge sur les temps de repos des conducteurs de camions : appoint sur aire de repos en 1/2 heure, avec des puissances installées de 1 à 3 MW. »

Les services de maintenance et de recharge sont en effet stratégiques pour les clients de Volta Trucks, ce dernier annonçant plus de 300 millions d’euros en commandes et options – dont la livraison de 1 000 camions pour Petit Forestier, leader sur le marché de la livraison frigorifique. La start-up innove également dans sa relation avec ses clients puisqu’elle propose une offre de « Truck as a Service », leur donnant accès au véhicule avec une solution complète de prestations de recharge, d’entretien, d’assurance et de formation, par le biais de mensualités. Et pour un coût total de possession (TCO) « inférieur à celui de véhicules diesel équivalents », dixit le dirigeant suédois. Un atout supplémentaire afin de révolutionner le transport routier dans nos villes à court terme, pour le bien de la planète. 

Avril 2021

Abonnement à la newsletter Stories

Restez à jour à tout moment : ce que vous devez savoir sur la transformation numérique au sein des infrastructures et des industries.